IMMIGRATION

RAPPORT DE LA COURS DES COMPTES

2020

La situation des réfugiés économiques, majoritaires dans le flot des demandeurs d’asile et qui restent sur place pour l’essentiel une fois arrivés dans le pays d’accueil, est de ces questions épineuses qui viennent brouiller toute comparaison. La Cour des comptes l’explique sobrement: en 2019, «154.620 demandes d’asile ont été enregistrées, plaçant la France dans la fourchette haute des pays de l’Union européenne et son système d’asile sous forte tension.»

Ce rapport est vraiment une mine. On y apprend que plus de trois quart des premiers titres de séjour délivrés en préfecture ont une validité d’un an, sans que cela ne soit «le gage d’une plus grande sélectivité», avec un taux de refus de renouvellement de seulement 1%!

La France régularise aussi «à bas bruit» plus de 37.000 illégaux par an, notamment grâce à la circulaire Valls de novembre 2012.

Revenant à son cœur de métier, la Cour relève que «les dépenses de l’État liées à ces politiques sont estimées à 6,57 Md€ en 2019, soit 1,41% des dépenses brutes du budget général, en progression d’environ 48% par rapport à 2012.» Selon elle, «l’asile explique un tiers de cette progression et l’aide médicale d’État un cinquième.»

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now